Les forêts du Maine d’Henry David Thoreau

Les-forets-du-Maine-Henry-David-Thoreau

Les forêts du Maine d’ Henry David Thoreau est ma lecture sylvestre de ce début d’année. Une écriture descriptive marque ce récit sur une nature encore sauvage à la fin du XIXe siècle au Nord-Est des Etats-Unis.

Les forêts du Maine d’Henry David Thoreau

Ce qui m’a inspiré dans Les forêts du Maine d’Henry David Thoreau

Parti à plusieurs reprises (1846, 1853 et 1857) en randonnées découvertes dans les vastes forêts du Maine, Henry David Thoreau livre ici une ode à cette nature préservée qu’il affectionnait tant.

Parfois inhospitalière à l’état brut, elle oblige souvent l’homme à se surpasser pour sa survie. Observer la nature qui l’entoure est sa contribution à ce mouvement émergent au début du XIXe siècle aux Etats-Unis : le transcendantalisme.

C’est dans les espaces de la pensée que se trouvent les étendues de terre et d’eau où les hommes vont et viennent.

La philosophie du transcendantalisme

Le transcendantalisme est ce courant philosophique qui désigne les attributs d’un être indépendant. Selon Emerson, le maître de Thoreau, le transcendantalisme c’est franchir ses limites, se surpasser. C’est ce que Henry David Thoreau expérimente dans ces contrées lointaines du Maine avec ses compagnons de voyage.

Le paysage intérieur est vaste et beau, et c’est celui dont les pensées sont les plus profondes qui entreprend les plus lointains voyages.

Aujourd’hui, cette forêt ininterrompue semble ne plus exister en l’état.

C’est ce qui rend ce témoignage tellement attachant mais aussi un peu troublant. Il est le constat de la transformation de la nature sous la main destructrice de l’Homme. Les bûcherons décrits par Thoreau contribuaient à un équilibre des espèces et des espaces. L’exploitation plus récente de ces forêts avec des moyens mécaniques puissants ne laisse que peu de place au rythme naturel des replantations et reproductions. Impitoyable et irréversible …

Ainsi, le monde de tout un chacun n’est-il qu’une clairière dans la forêt, un espace à la fois ouvert et enclos.

Le récit d’un périple comme celui-ci paraît difficilement réalisable de nos jours. Cette rareté renforce ce sentiment de fragilité et d’impuissance. Face à une évolution irraisonnée de la gestion des espaces autrefois sauvages, la nature a du mal à résister.

C’est pourquoi si vous aimez les descriptions d’espaces sauvages, les récits au sujet d’un mode de vie aujourd’hui disparu où la vie de l’être humain se déroule en symbiose avec la nature, la lecture des Forêts du Maine va vous ravir.

Chaque barrière, chaque ferme, presque invisibles dans l’aube, et chaque tintement, parlaient de paix et de pureté.

Pour retrouver mes dernières lectures Coup de coeur , vous pouvez cliquer sur le titre pour accéder directement à la page 

 

Rendez-vous-avec-la-magie-des-mots-pour-une-agréable-lecture-avec-Swanee-Rose-Le-Blog

 

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.